Books Home

LaTeX - Apprentissage, Guide et Référence

 

Bernard Desgraupes

ƒditions Vuibert, Paris, 2000.

760 p. - ISBN : 2-7117-8658-7

 

Introduction

Quod non insulse scribis tetrasticha quaedam,

Disticha quodbelle pauca, Sabelle, facis,

Laudo nec admiror. Facile est epigrammata belle

Scribere, sed librum scribere difficile est.

Martial, Épigrammes, Livre VIII. lxxxv

 

À la fin des années 70, alors qu'il corrigeait les épreuves du premier volume de son Art de la Programmation (The Art of Computer Programming), le mathématicien et informaticien Donald Knuth, constatant la très médiocre qualité de la typographie numérique de l'époque, décida de créer pour ses propres besoins un système capable de satisfaire le plus haut degré d'exigence en matière de composition et de prendre en charge, en particulier, la mise en pages très spécifique des mathématiques. La communauté scientifique dans son ensemble témoigna tout de suite de son intérêt pour ce système qui, outre sa gratuité, annonçait des caractéristiques tout à fait novatrices.

C'est après une étude approfondie des règles typographiques en vigueur aussi bien dans le domaine scientifique que littéraire que D. Knuth définit les objectifs et les principes de base sur lesquels reposerait son programme. Il fallut plusieurs années pour que le projet atteigne sa pleine maturité et, en fait, ce sont deux programmes qui virent simultanément le jour : Metafont et TeX. Ils correspondent aux deux facettes principales de la tradition du livre : la gravure et la composition. Metafont est un programme destiné à la création de polices de caractères et de symboles tandis que TeX est l'outil de mise en page.

Le nom de TeX provient de la racine grecque tech qui signifie << art, métier >>. Les concepts qui président à son fonctionnement en font un système aux performances à ce jour inégalées :

Avec tous ces éléments de base, il est possible de forger des outils qui simplifient et optimisent les tâches de rédaction d'un ouvrage. Un ensemble cohérent d'outils peut être réuni dans ce qu'on appelle un format : c'est une autre caractéristique de TeX. Dans les premiers temps, les utilisateurs se servaient essentiellement du format dit plain construit par D. Knuth lui-même, jusqu'au jour, au début des années quatre-vingt-dix, où un nouveau format est apparu : il s'agit de LaTeX conçu par Leslie Lamport. Le succès de LaTeX fut immédiat car, d'une part, il apportait une syntaxe unifiée et simplifiée qui rendait l'utilisation de TeX très facilement accessible et, d'autre part, il déchargeait entièrement les utilisateurs du souci de formater et structurer leurs documents. Pour prolonger la comparaison avec les métiers du livre, il étendait ainsi les capacités du système à la phase de l'édition. LaTeX a su exploiter de façon très intelligente toutes les capacités de TeX et a introduit des notions nouvelles qui ont permis de clarifier bien des points difficiles de TeX et de rendre son utilisation transparente. Citons en particulier :

Depuis que LaTeX existe, TeX n'est plus seulement un outil génial réservé aux mathématiciens et astrophysiciens. Les champs d'application concernent maintenant l'édition de documents dans toutes les disciplines y compris les disciplines littéraires : établir un apparat critique, faire cohabiter du français, du grec, du russe, du chinois, de l'hébreu et du sanscrit dans un même texte ne présentent rigoureusement aucune difficulté, tout comme introduire des schémas de chimie organique ou des diagrammes de Feynman.

 

Comment lire ce livre ?

Compte-tenu des développements récents, nous avons choisi, en plus d'une présentation classique de la syntaxe et de l'utilisation de LaTeX, de mettre un accent tout particulier sur quelques points forts qui sont insuffisamment ou pas du tout traités dans la littérature en langue française :

Le sous-titre de cet ouvrage, << Apprentissage, Guide et Référence >>, évoque les trois niveaux d'utilisation.

La première partie est destinée aux débutants absolus qui pourront, à travers trois leçons préliminaires, acquérir l'intégralité des bases du fonctionnement de LaTeX et seront alors en mesure de se lancer immédiatement dans la production de leurs propres documents. Ces leçons seront aussi profitables pour les utilisateurs ayant déjà une certaine pratique de TeX mais qui abordent LaTeX pour la première fois.

La deuxième partie présente les macros disponibles dans LaTeX lui-même ou bien dans de nombreux modules spécialisés. Chaque chapitre aborde un aspect particulier de la production d'un document. La lecture des quatre premiers chapitres est indispensable : ils présentent le fonctionnement général de LaTeX ainsi que les questions d'ordre structurel et stylistique. Le chapitre 5 est important lui aussi puisqu'il concerne la gestion des polices de caractères : la question de l'utilisation des polices PostScript y est particulièrement développée. Le chapitre 6 explique comment LaTeX s'acquitte des tâches typiquement éditoriales : constitution de tables des matières, d'index, de bibliographies, etc. Le chapitre 7 traite de la question passionnante de la création de nouvelles commandes : l'utilisateur peut facilement définir ses propres macros. Le chapitre 8 porte sur le multilinguisme : il n'épuise pas toutes les possibilités de LaTeX mais couvre un très grand nombre de langues les plus diverses (jusqu'au sanscrit, à l'ourdou ou à la phonétique internationale). Les chapitres 9 et 10 sont consacrés aux mathématiques qui restent un des grands points forts de TeX et à quelques grands modules scientifiques : le module AMS-LaTeX est ainsi présenté dans son intégralité, ainsi que XyMTeX pour la chimie organique et FeynMF pour la physique nucléaire. Le chapitre 11 étudie diverses solutions pour la création de graphiques, diagrammes, illustrations, etc.

Pour terminer cette deuxième partie, un très long chapitre est consacré entièrement à la question récurrente de la modification du comportement de LaTeX. Tous les réglages prédéfinis de LaTeX peuvent être modifiés mais il n'est pas toujours facile d'en trouver l'accès. Ce chapitre passe en revue tous les grands thèmes sur lesquels il exécute de nombreuses variations.

Les annexes abordent ensuite des thèmes plus particuliers : les unités de mesure, les encodages, les classes spécialisées (courrier, transparents), les pilotes et autres programmes satellites de TeX. Deux annexes importantes traitent de la question des polices virtuelles et donnent de nombreux exemples de leurs possibilités très étendues.

La troisième partie est destinée à la référence rapide. Toutes les macros de LaTeX y sont reprises afin de permettre de retrouver très rapidement leur syntaxe. On y trouvera également les tables de symboles mathématiques de LaTeX ainsi que celles des symboles supplémentaires de la distribution AMS-LaTeX. Une bibliographie recense les soixante principaux ouvrages en français et en anglais qui devraient figurer dans toute bonne bibliothèque (ou plutôt biblioTeX!).

L'un des objectifs majeurs de cet ouvrage a été de montrer que LaTeX était un outil qui s'adressait aussi bien aux auteurs de travaux littéraires qu'aux scientifiques : hellénistes, orientalistes, éditeurs critiques, spécialistes de littérature y trouveront, tout autant que les mathématiciens, physiciens, chimistes ou informaticiens, un outil d'édition puissant et simple d'emploi. Nous nous sommes efforcés de faire une présentation aussi complète et précise que possible de ce système et de fournir au lecteur un instrument de travail efficace.

 

Bernard Desgraupes

Paris, juillet 1999--janvier 2000

 

LATEX  - Apprentissage, guide et référence

Bernard Desgraupes

ƒditions Vuibert, Paris, 2000.

760 p. - ISBN : 2-7117-8658-7